Témoignages de familles

Parents d'un élève aujourd'hui en terminale

L’Angélus comme un rayon de soleil dans nos vies !

La question de l'internat s'est posée pour notre fils Alexis quand il a été question du redoublement de sa classe de 4ème. Scolarisé depuis la maternelle dans le privé sous contrat, quand Alexis nous a fait part de son souhait d'être interne nous nous sommes tournés naturellement vers des internats de même type. Il avait besoin d'un encadrement plus strict et d'un suivi de ses devoirs que nos vies de citadins travailleurs survoltés ne nous permettaient pas de mettre en place. Nous avons choisi un internat rouennais de petite taille qui semblait correspondre à la recherche d'Alexis...

Dès la rentrée de Janvier, Alexis nous a fait part de sa déception et de son souhait de quitter l'internat. Pas d'encadrement, pas de suivi, pas de vie d'internat, du chahut et le sentiment d'être livré à lui-même, le retour à l'internat le lundi matin était devenu une souffrance.

Monsieur de Malleray, directeur du collège Saint Padre Pio, l'a accueilli l'année suivante en 3ème. Nous avons, à travers cet établissement, découvert les établissements hors contrat avec étonnement et une grande joie. Alexis trouvait ses marques, l'encadrement, le suivi des professeurs, l'exigence de l'équipe enseignante l’ont aidé à reprendre confiance en lui.

La question de l'internat, malgré sa mauvaise expérience, s'est de nouveau posée pour son entrée en seconde. Monsieur de Malleray nous a tout de même encouragés à rencontrer l'Abbé Spinoza, directeur de l’Angélus, qui ouvrait sa classe de seconde.

Ce n'était pas gagné, Alexis restant sur sa première expérience négative.

L'Abbé Spinoza nous a reçus très rapidement. L'entretien fut franc et direct. Toutes nos questions ont trouvé réponse, Alexis s'est senti regardé en tant qu’élève et en tant qu’adolescent, il était certain de pouvoir trouver à l'Angélus la discipline dont il avait besoin et l'accompagnement dont il ne peut se passer pour apprendre.

En effet, dès sa première rentrée, nous avons pu constater que les élèves étaient encadrés dans leur travail de classe, d’études, leurs apprentissages et plus globalement dans leur vie de jeunes adolescents, de futurs adultes. La formation chrétienne des garçons est aussi importante que leur formation intellectuelle.

Les équipes enseignantes sont disponibles, bienveillantes et soucieuses des progrès des élèves sur tous les plans.

La présence affectueuse de monsieur l’Abbé au moment où nous avons vécu un deuil très éprouvant pour notre fils l’a aidé à traverser cette épreuve, et à rester debout malgré le chagrin.

À l’Angélus, Alexis a approfondi sa foi, posé des questions, trouvé des réponses, avancé sur le chemin de son baptême et nous a apporté à nous sa famille l’envie, à sa suite, d’aller plus loin sur la route.

Notre regret ? N’avoir pas connu l’Angélus plus tôt !

En résumé, l’Angélus est un établissement où l’enfant trouve une qualité d’enseignement, un accompagnement dans la foi, une présence dans son quotidien discrète mais active, un établissement qui transmet les valeurs chrétiennes et qui forme les hommes de demain.


Le hors contrat a l’avantage pour nous parents d’être certains que nos enfants entendent à l’école et à la maison le même discours, que les mêmes valeurs sont présentes et que notre foi n’est pas galvaudée. Les rencontres avec la direction de l’établissement sont faciles et respectueuses.

Nous remercions tous les jours Monsieur de Malleray de nous avoir conduits à Monsieur l’Abbé Spinoza et remercions dans nos prières l’Esprit Saint de cette rencontre lumineuse pour notre fils et donc pour nous. Nous recommandons l’Angélus autour de nous chaque fois que nous le pouvons.

Parents d'un élève de sixième

Une seule chose est pour nous sûre : notre Ambroise depuis ces trois dernières semaines est un petit garçon qui rentre à la maison heureux, serein, calme et qui se sent, semble-t-il, "compris", aimé et accepté tel qu'il est avec ses défauts et ses qualités (même s'il continue à n'avoir aucune confiance en lui, pour l'heure !!). Ceci n'a pu se faire que par l'attention toute particulière que vous apportez à chacun de ces enfants, à leur histoire et leur parcours. En cela l'Angélus est pour nous l'école hors-contrat qui seule peut venir en aide à Ambroise. Ce qui nous a aussi séduit, c'est l'application de la célèbre formule : "un esprit sain dans un corps saint".

Parents d'un élève de troisième

1. Pourquoi avoir choisi une école hors contrat ? Quelles différences y a-t-il avec les autres écoles ?

Le système éducatif actuel ne nous satisfait plus ; pertes des repères élémentaires concernant la transmission des connaissances. Le niveau ne cesse de baisser d'année en année, à une vitesse vertigineuse. Même évolution concernant la discipline, le respect dû aux enseignants, etc... En confiant Simon à sa demande à l'Angélus, nous faisons le pari d'un enseignement de qualité, avec de vraies valeurs et une transmission de la Foi non taboue. Nous voulons aussi que Simon retrouve le goût de l'effort, chose qu'il avait complètement perdu vu le très faible niveau d'exigence proposé au collège.

2. Qu'en-est-il du corps professoral à l’Angélus ? Constatez-vous une différence avec celui que vous avez connu ? Pourquoi ?

En premier lieu, les enseignants nous paraissent plus impliqués que ceux que nous avons auparavant côtoyés (sans les mettre tous dans le même sac) et plus enthousiastes. A notre avis, il faut vraiment avoir la foi aujourd'hui pour choisir le métier d'enseignant (aussi bien dans le public que dans le privé) vu les contraintes qui leurs sont imposées et le peu de latitude qui leur est laissé pour diriger une classe.

4. Quels sont les avantages et les fruits d'un internat ? Qu'avez-vous constaté au sein de la famille ?

Pour l'instant, nous trouvons que Simon s'est vraiment remis au travail, il se fixe des objectifs et apprend à gérer les contraintes liées à la vie en commun dans un internat. Que du plus pour l'aider à grandir et à devenir un homme !

5. Si vous aviez à conseiller l'Angélus, quels arguments mettriez-vous en avant ? Pourquoi ?

  • On tire les enfants vers le haut, avec une saine exigence.
  • Le niveau scolaire est enfin ce qu'il devrait être. Nous apprécions aussi beaucoup que chaque élève soit pris là où il en est, avec ses capacités propres.
  • Règles de vie de bon sens (pas d'écran pendant la semaine), qui aident l'enfant à revenir à l'essentiel et à de vraies et authentiques relations de camaraderie.

Maman d'élèves de cours moyen et cinquième

Mère de huit enfants, j’ai inscrit les deux derniers à l’Angélus car je suis fatiguée d’avoir à compenser sans cesse les « apports » de l’enseignement dispensé dans les écoles sous contrat : outre les inévitables cours amoraux sur la sexualité, il faut pallier l’apprentissage d’une histoire de France au rabais, dans le meilleur des cas, l’absence totale d’apprentissage de grammaire ou totalement sporadique des règles d’orthographe. Que dire de l’apprentissage des langues étrangères, qui fait des Français les plus incapables à s’exprimer de l’autre côté de la Manche …

À l’Angélus, mes garçons n’apprennent pas l’anglais sur des textes de chanteurs de variété, ni la littérature dans des ouvrages soulevant les problèmes difficiles de l’immigration, du suicide ou du choix sexuel. Ils redécouvrent Jules Verne, qui décidément utilise une langue d’une richesse plus nourrissante… Nos deux garçons sont encore jeunes, mais nous attendons avec impatience les cours de philosophie enseignés bien avant la terminale : la formation de l’esprit par l’amour de la Sagesse ne me semble pas devoir attendre la fin de l’adolescence, au risque de perdre du temps si précieux dans leur développement.

Bien que très jeunes, 8 et 12 ans, nos garçons apprécient l’internat : comme derniers de la fratrie, ils avaient tendance à se laisser vivre dans une maison où les grands vont et viennent, avec toujours cette sensation d’être « trop petits », de ne pas pouvoir faire comme les autres.

Retrouvant à l’Angélus toutes les tranches d’âge, ils côtoient des garçons avec qui ils s’entendent. Pas tous bien sûr ! Mais la vie d’internant, son rythme, l’obligation de vivre ensemble, leur apportent une paix certaine : ils ne sont plus en compétition avec les aînés, ils ont leur place. L’émulation du groupe leur permet de grandir.

La relative rudesse de cette vie, souvent au grand air, leur permet également de combattre sans le savoir une certaine mollesse que nous avions du mal à enrayer : ils avaient peu de motivation à jouer dehors, quand il est si facile de rester devant un écran ou dans un canapé du salon. Personne à la maison pour jouer au ping-pong ! Après quelques semaines d’école, les progrès sont visibles : en ping-pong bien sûr, mais dans leur humeur, leur capacité à prendre sur eux en cas de contrariété, et même à se mettre spontanément au travail ! Ce qui était inespéré …

Parents d'élève de quatrième

Notre fils aîné est scolarisé depuis trois ans à l'Angélus, et nous considérons cela comme une chance pour lui.

Deux raisons essentielles nous ont guidés dans notre choix d'école. D'une part l'attachement à une pédagogie traditionnelle, d'autre part - et surtout - le désir d'un encadrement profondément chrétien, le plus en adéquation possible avec ce que nous essayons de transmettre à nos enfants. En ce sens, l'Angélus n'est pas pour nous simplement une école, c'est le prolongement de notre vie familiale. Nous poursuivons ensemble un but commun, qui est de guider nos enfants vers le Christ. Ce n'est pas toujours facile, nous essayons humblement de faire de notre mieux ( il n'y a pas de famille parfaite, pas d'école parfaite non plus ! ). Malgré l'éloignement géographique, nous ne nous sentons jamais loin de l'Angélus.

Ainsi, c'est en toute confiance que nous confions notre fils à Monsieur L'Abbé. Nous savons qu'il se dévoue entièrement à son oeuvre, et nous lui en sommes profondément reconnaissants.

Autre témoignage

"L'année touchant bientôt à sa fin, nous tenons à vous faire part de notre joie à la vue du "bien-être" de notre fils.

Sa vie d'élève et d'interne à L'Angélus le fait grandir et le structure.

Nous sentons, petit à petit, les bienfaits de la prière quotidienne, des sacrements, et de l'esprit de charité fraternelle que vous insufflez aux garçons. Ils sont les bases fondamentales de la vie que nous recherchons pour nos enfants.

La qualité des cours et le suivi réellement personnalisé que votre corps professoral apporte à Augustin est vraiment une richesse pour lui. Le dévouement et la rigueur des professeurs aident énormément notre fils à travailler plus sérieusement. Malgré de grosses lacunes passées, notre fils progresse et a pris goût au travail scolaire.

Les prises de responsabilité qui lui sont proposées tout au long de la semaine, au sein même de l'école et de l'internat le motivent. La vie en communauté avec ses camarades lui permet de développer son sens du service et de s'impliquer dans des projets qui lui plaisent. Les activités manuelles de l'après midi sont pour Augustin un bon moyen de s'investir dans le fabuleux projet de son école.

La vie en équipe que vous proposez fait naître une saine émulation, renforce l'esprit de camaraderie et le sens du service rendu. Nous sommes sûrs qu'elle sera à la naissance d'amitiés longues et durables entre les garçons.

Un grand merci, Monsieur l'Abbé, pour votre disponibilité auprès d'Augustin et de ses camarades et pour votre présence à leur côté tout au long des semaines. "