Socle commun

Qui sommes-nous ?

L’Angélus est une Institution d’enseignement catholique et indépendante pour garçons du Primaire au Lycée, fondée et dirigée par l’Abbé Spinoza, Prêtre, enseignant et éducateur de la Fraternité Enseignante des Cœurs de Jésus et de Marie (FECJM).

La liturgie de l’Institution est la forme extraordinaire du rite catholique dite aussi Messe Tridentine. Elle propose un enseignement général du CE1 jusqu'aux terminales S, ES et  L.

Ainsi, notre Institution s’adresse aux  parents catholiques soucieux de la formation spirituelle et humaine de leurs enfants.

Internat pour garçons, l’Angélus est aussi un externat pour filles uniquement pour les classes de primaire.

Le projet éducatif et le règlement intérieur s’inscrivent dans une perspective résolument chrétienne, en continuité avec l’idéal éducatif familial.

Les élèves entrant au lycée devront rédiger une lettre de motivation dans laquelle ils s’engagent à vivre pleinement la charte de notre établissement dans un esprit chrétien et à mettre tout en œuvre pour réussir dans leurs études.

Une école catholique hors contrat

Une école hors contrat a trois obligations :

  • Choisir un corps professoral compétent qui suit une pédagogie spécifique.
  • Proposer aux familles un réel suivi personnalisé et un projet éducatif et pédagogique en adéquation avec un enseignement complet, qui soit en mesure de donner un maximum de chances aux élèves qui souhaiteraient tenter des concours post-bac.
  • Assurer une formation humaine complète qui n’a pas comme seul objectif d’obtenir le baccalauréat.

La structure 2016-2017

  •   Le bâtiment de Notre-Dame des Ruesses :
    • Deux laboratoires de SVT/Physique et Chimie ( rez- de Jardin)
    • Rez-de Chaussée : Classes du Primaire, sixième et bureau de la vie scolaire.
    • 1ère étage : classes de 3ème ; 4ème et salle de Langues anciennes et vivante II ou III.
    • 2ème étage : dortoir organisé en chambrées de six à huit élèves avec double-flux à tous les niveaux.
    • 2 salles d’eau avec douches, lavabos, sanitaires à tous les niveaux avec aménagements pour les personnes à mobilité réduite.
    • Un restaurant  scolaire et sa cuisine, réserves.
  • Les bâtiments St Jacques de Saxeau et S. Joseph, dans lequel se trouvent :
    • le lycée ;
    • la salle d’étude et la bibliothèque des lycéens ;
    • au deuxième étage, une salle informatique et un laboratoire de langues.
    • Une salle vidéo, salle d’étude du collège avec bibliothèque, salle de conférence.

Mais aussi :
Un parc de 3,5ha, une chapelle (550m²) et un clocher.

Aux abords de l’Angélus : un terrain de rugby, un verger et un potager, un terrain de football, un terrain pour l’athlétisme.
Un terrain couvert et éclairé de 1200 m2  pour le sport (basket ; 3 terrains ; Volley ; 3 terrains ; Hand Ball et mini foot.)- ouvert au 1 er décembre 2014)

  • Vestiaire sportif
  • Terrain couvert et éclairé de 1200 m2
  • L'Angélus clocher et neige
  • L'Angélus sous la neige
  • L'Angélus façade Est

Spécificités pédagogiques

  L’Angélus, qui a ouvert ses portes en septembre 2010, débute une nouvelle année avec de nombreux aménagements pédagogiques pour répondre aux réelles déficiences actuelles du système éducatif. De nombreuses questions nous ont été posées à propos de la spécificité de notre établissement :


Quelle différence y a-t-il entre votre établissement hors contrat et d’autres structures du même type ?

En ce qui concerne le choix des enseignants, nous avons, cette année, recruté des enseignants qui présentent de réelles qualités pédagogiques et le niveau adéquat. Les rencontres hebdomadaires avec la direction ont pour fin d’aider les professeurs dans leur mission éducative. Nous insistons sur le suivi individuel et, en accord avec les parents, nous n’hésitons pas à aménager des emplois du temps spécifiques pour ceux qui ont des difficultés. Certains enseignants donnent du temps supplémentaire pour aider nos élèves en difficulté. Il est indéniable que nous avons, cette année, une équipe professorale dévouée qui ne compte pas ses heures.


Du point de vue de la vie en internat, nous avons séparé « matériellement » les plus jeunes (CM1 - 4ème) des aînés. Le système des équipes fonctionne toujours à l’image de l’école des Roches, mais il nous a semblé essentiel de séparer les tranches d’âge pour éviter les éventuelles brimades. Nous avons vraiment ressenti une différence avec les années passées. Il nous faut prendre en compte que les grands font preuve de plus en plus de manque de maturité et sont parfois méchants avec les plus jeunes. Les centres d’intérêt ne sont pas les mêmes. Aussi, les dortoirs, les récréations et les salles de classe sont-ils différenciés. En parallèle, nous avons choisi un corps professoral en fonction de son aptitude à enseigner au collège ou au lycée.

Alors que l’éducation nationale envisage de supprimer les notes, l’Angélus renforce le suivi scolaire en assurant un contrôle hebdomadaire de l’apprentissage des leçons et en proposant des devoirs sur table, en plus des heures de cours toutes les deux semaines pour les principales matières.

Quant aux programmes, ils sont totalement remaniés – sauf pour les classes d’examens- afin de donner aux élèves accès à notre culture et civilisation chrétienne. Ainsi, par exemple, les élèves du lycée font de l’histoire de la philosophie dès la seconde, travaillent les littérateurs de la période médiévale et étudient l’histoire de France et de l’Europe chrétienne ! La lecture d’œuvres classiques est imposée de manière régulière dès le cours moyen aux élèves sous forme de fiches de lecture (10 livres par an pour les quatrième et troisième, par exemple, sans compter les études d’œuvres intégrales).

Nous proposons également aux familles les formations « teenstar » pour les aînés sur les questions de la sexualité avec une approche chrétienne ; des conférences sur les questions de bioéthique avec la Fondation du professeur Lejeune, des sessions de critique cinématographique avec un professeur une fois par mois ayant pour objectif d’apprendre à regarder un film sur des questions majeures et, souvent, banalisées.


Quels sont les critères de sélections des élèves ?

Cette question m’est souvent posée. Nous ne faisons pas de sélection sur les résultats scolaires. Nous acceptons de prendre des élèves en difficultés scolaires et aménageons, parfois, des emplois du temps adaptés. Nous avons à peu près un enfant en difficulté par niveau. En revanche, nous attachons une plus grande importance aux choix éducatifs de la famille. Nous n’acceptons pas d’enfants qui présentent des comportements difficiles mais, pour le bien du garçon, nous devons travailler en pleine coopération avec les parents.

Un compte-rendu par niveau est adressé tous les quinze jours par le Directeur ; un relevé de notes toutes les trois semaines et deux compositions semestrielles qui permettent de faire un bilan en cours d’année et en fin d’année. Il est entendu que les classes d’examens ont un examen blanc à chaque trimestre.


Cela n’entraîne-t-il pas une baisse du niveau scolaire ?

 Non. Il est évident que nous prenons volontiers les élèves ayant des difficultés dès le Cours moyen pour les classes de sixième ou cinquième. Il est plus aisé pour nous de remettre à niveau un jeune élève. Mais l’expérience nous a montré que nous pouvions amener des élèves jusqu’au baccalauréat malgré leur retard initial. Ces élèves ne ralentissent pas la cadence de travail puisqu’ils sont pris à part pour être aidés surtout pendant les études dirigées du soir.


Vos investissements semblent démesurés. Est-il nécessaire, par exemple, de faire un préau avec un ensemble sportif ?

Il y a deux choses. Tout d’abord, un internat est un lieu de vie où les enfants étudient, prennent leurs repas et dorment. Des locaux vétustes ne favorisent pas l’épanouissement des garçons. Si nos principes sont le beau, le vrai, le bien ; cela suppose que le beau passe par « les lieux de vie ». C’est la raison pour laquelle nous attachons de l’importance à la bonne tenue des infrastructures. Cela ne garantit  pas, bien entendu, la qualité d’enseignement mais la rend plus aisée.

Le deuxième aspect est l’organisation pédagogique de l’Angélus. Les élèves ont cours le matin et des activités sportives l’après-midi. La période hivernale est longue et souvent humide en Sologne. Si nous mettons en avant le fait que les élèves ont des activités sportives l’après-midi plusieurs jours par semaine, y compris pour le lycée, nous devons avoir les moyens de nos prétentions. Grâce à cette nouvelle structure de 1100 mètres carrés, les enfants pourront jouer pendant les récréations (ce qui est essentiel pour leur équilibre) et ils bénéficieront d’un espace sportif éclairé surtout en hiver où la nuit tombe vite. Il faut ajouter que les lycéens pourront présenter des épreuves sportives plus variées pour le baccalauréat puisqu’ils auront trois terrains de basket, de volley et badminton, hand-ball et mini-foot ! Ce n’est pas un luxe mais une nécessité.


Quelle est la place de la vie spirituelle à l’Angélus ?

 Nous sommes actuellement deux prêtres, nous avons voulu travailler au sein d’une école et nous sommes dotés d’une expérience pédagogique. Un de nous a particulièrement à charge le suivi des aînés et un autre celui des plus jeunes. Chaque jour, les élèves peuvent rencontrer un prêtre pour les confessions ou la direction spirituelle. Le soir, avant le coucher, les élèves peuvent discuter également avec un prêtre. Avant la prière, une lecture spirituelle est faite aux élèves… grands moment pour tous les âges…

La Messe est « obligatoire » chaque semaine. À chaque grande fête liturgique, la messe est chantée par notre maîtrise avec des chants polyphoniques et des pièces grégoriennes. Une formation liturgique est proposée, sans oublier que chaque classe suit deux cours d’instruction religieuse chaque semaine.

La visite quotidienne du Saint-Sacrement est proposée, ainsi que des prédications de prêtres extérieurs pour certaines périodes de l’année. En raison de la spiritualité de la FECJM, les prêtres favorisent la communion aux neuf premiers vendredi du mois en l’honneur du Sacré-Cœur, sans oublier une nuit d’adoration avant chaque vacance scolaire pour l’Angélus, les familles, amis et bienfaiteurs de l’Institution.


Pouvez-vous décrire, brièvement, votre structure ?

 En plus d’une cuisine traditionnelle, d’un réfectoire (plusieurs services en fonction, là encore, des âges des élèves) ; de salles de classe pour chaque niveau ; les élèves auront, dès le retour des vacances de la Toussaint, un nouveau dortoir pour les Cours Moyens, sixième, cinquième et quatrième ; une salle informatique complète pour les langues. Ils disposent également d’un laboratoire de SVT / chimie avec une Sorbonne pour les expériences délicates en classe de terminale et d‘un laboratoire de physique ; d’une salle vidéo (une seconde pour l’année prochaine) ; une bibliothèque et une chapelle avec son clocher au cœur des bâtiments.


Que proposez-vous aux familles en difficultés financières ?

 Nous voulons aider les familles dans le besoin malgré nos petites ressources. Nous proposons ainsi aux familles démunies un tarif préférentiel de 250 euros par mois (scolarité et pension), sachant que le tarif normal est estimé à 450 euros pour le collège et 550 euros pour le lycée. Ce sont donc les amis et bienfaiteurs de l’Angélus qui, chaque mois, nous aident à boucler les fins de mois. Il est entendu que le budget investissement (dons, emprunts) ne se confond pas avec le fonctionnement. Les personnes qui nous aident par des dons mensuels faits par prélèvement automatique parrainent ainsi les familles en difficultés. Cependant, chaque année, la situation économique de l’Institution est plus fragile car les familles ont de  plus en plus de difficultés financières. Nous comptons sur la Providence… et sur votre générosité pour permettre aux familles les plus pauvres d’accéder à une école catholique et indépendante !